Sanctuaire de Crételles

En 1704, Jean Clivaz projette de construire un oratoire en honneur de la Sainte Vierge sur le rocher de Créételles où il a échappé miraculeusement à un accident. Monseigneur François-Joseph Supersaxo le consacre le 5 août 1707 (Divers auteurs, Crételles Terre de Prière, 50è anniversaire de la consécration).

Devenu un lieu de pèlerinage très couru, il est décidé de l'agrandir en 1726. De 1730 à 1737, on bâtit la sacristie, l'ermitage et le clocher doté d'une cloche achetée à la chapelle de St-Jean dans le Val d'Anniviers. En 1762, l'oratoire devient une chapelle de par les fondations de messes (Paul Bruchez, La fête patronale de Notre-Dame des Neiges, in Commémoration du 100è de l'incendie du village de Randogne, 1998).

Suite au tremblement de terre de 1946, l'édifice est si altéré qu'on décide de le remplacer par une église construite de 1951 à 1952 sous la conduite de l'architecte romontois Fernand Dumas (Cofondateur, avec Alexandre Cingria, du groupe de Saint-Luc, il réalise à Fribourg, l'église du Christ-Roi et les bâtiments de l'université Miséricorde). Un oratoire accueille, dans une anfractuosité de rocher au couchant de l'église, Notre-Dame-des-Neiges. Les statues des saints vénérés trouvent place dans le nouvel édifice.

L'église de Crételles est consacrée par Mgr Adam le 7 juin 1953 et dédiée à Notre-Dame-des-Neiges, fêtée le 5 août.

Le chemin de Croix menant à l'église est réalisé en 1954 par Remo Rossi, un maître sculpteur de Locarno. Puis, il est installé dans l'église en 1972.

Les autels latéraux de saint Bernard et de saint Joseph sont réalisés par le mosaïste Bernard Cerutti.

L'église est restaurée en 2002-2003 par l'architecte Gilbert Strobino. De nouveaux vitraux dessinés et réalisés par le maître verrier Pierre Louy sont ajoutés lors de cette rénovation. Ils illustrent les mystères lumineux du rosaire: le baptême au Jourdain, les noces de Cana, la prédication de Jésus (Zachée), la Transfiguration et l'institution de l'Eucharistie.

Voir les vitraux.

____________________

Texte tiré de la brochure 'Paroisses et édifices religieux de la région de Crans-Montana, Gérard Rey et Pascal Rey, Edition à la Carte, p.48-49